Lycéens et ambassadeurs du Carré D'Art

En tant qu'ambassadeurs du lycée Albert Camus auprès du Carré d'Art, deux élèves et moi-même s'y sont rendus le 4 mars, invités par Mme Sophie GAUTHIER pour une visite exceptionnelle de cet établissement bivalent. La visite a commencé par un petit historique du bâtiment, dans le grand hall d'entrée. L'architecte, Norman FOSTER, qui a également mené à bien la construction du City Hall de Londres, s'est inspiré et a cherché à mettre en valeur la Maison Carrée adjacente, en mettant au point l'immense baie vitrée du Carré d'Art. Ainsi, le temple romain se reflète parfaitement sur la façade. D'ailleurs, cette partie de verre que nous connaissons tous n'est que la surface immergée de l'iceberg. En effet, le sous-sol compose plus de la moitié de la structure totale, descendant jusqu'à 50 mètres sous terre. Ces niveaux ne sont d'habitude pas accessibles aux visiteurs mais nous avons eu la chance de nous y rendre. Au sous-sol sont installés les ateliers de menuiserie ainsi que l'entrepôt comprenant les œuvres devant être exposées ou simplement conservées à l'abri des dommages. Grâce à cette organisation, chaque exposition temporaire installée au musée d'art contemporain à l'étage peut être rapidement mise en place et peut répondre à toutes les nécessités et exigences de l'artiste. On nous a également expliqué que suite aux inondations de 1989, l'architecte a décidé d'ajouter des réservoirs sous le bâtiment, qui peuvent se remplir d'eau et éviter au centre de Nîmes d'être submergé. À l'époque, le trou laissé à l'emplacement prévu pour les fondations avait permis d'éviter le pire en tenant lieu de réservoir. Le bâtiment est également équipé d'une structure antisismique, et le maire a pour projet de faire installer des panneaux solaires, dans l'optique d'une ville verte.

Eve Dernoncourt

©Jean-Pierre Loubat

 

Tags: